↑

Synopsis


Onirique, envoûtant et controversé, Affinity Point raconte l'histoire de Jake, un jeune homme dans la vingtaine, qui se rend à Montréal à la recherche de ses parents biologiques. C'est là qu'il rencontre et tombe amoureux de l'énigmatique Skylar, une danseuse cachant de sombres secrets.

Affinity Point est le premier long métrage du réalisateur, musicien et écrivain Deeh. Tourné à Montréal avec pratiquement pas de budget, l'effet menaçant de cette épique production indépendante est perdurable et définitivement inoubliable.

INFO, PENSÉES ET EXPLICATIONS par Deeh

« Ça ne marchera pas », était la phrase à laquelle je pensais le plus souvent au bout de quelques mois de tournage. Mike (mon caméraman et partenaire de crime) et moi se sentait déprimé. Nous ne savions pas vraiment pourquoi. Était-ce le fait que nous nous étions rendu compte que nous avions encore beaucoup de tournage à faire? Était-ce la prise de conscience que les choses n'allaient pas aussi bien que nous l'avions espéré? Était-ce le sentiment impuissance en raison du manque d'équipement? Je suppose que c'était toutes ces raisons. Affinity Point était notre premier film et nous avions les mains pleines.

PRODUCTION

L'étincelle du film a commencé en janvier 2007 quand j'ai rencontré Danielle Hubbard dans un bar à Montréal. Nous avons tout de suite commencé à parler de travailler sur un projet de vidéo de musique ensemble. En fin de compte, le projet a échoué, mais nous sommes restés en contact quand même.

Avance rapide en juin 2007...

Je me suis réveillé un jour avec cet étrange et puissant besoin de faire un film. J'ai appelé Danielle et lui ai di que je devais la rencontrer. La semaine suivante, nous avons pris le thé dans son appartement et regardé des DVD. Je voulais lui donner des exemples visuels de la façon dont Affinity Point allait être, donc je lui ai montré les films suivants :

- Wings of Desire « Je veux que notre film ressemble à celui-là. »
- Before Sunrise « Je veux que nos personnages se sentent seuls au monde comme ceux-là. Je veux qu'ils marchent dans Montréal afin que nous montrions cette superbe ville. »
- Paris Texas « Je veux que le rythme soit lent comme cela pour que les spectateurs s'empreignent de l'atmosphère. »
- Blue Velvet « Je veux que notre film ait une noirceur cachée comme ce film. »
- The Crying Game « Il s'agit essentiellement de mon film préféré. Je veux faire quelque chose comme cela. »

J'ai expliqué l'histoire que j'avais en tête. Je me rappelle qu'elle ne comprenait pas complètement. Mais c'était ma faute, mes pensées ont tendance à faire des zigzags. Finalement, après une demi-heure de récit, elle semblait choquée et incertaine de l'histoire. Mais étant une âme courageuse, elle m'a donné le bénéfice du doute et m'a fait confiance, en quelque sorte.

J'ai commencé à écrire le scénario le lendemain. Je me suis rendu à 10 pages et j'ai soudain je me suis rendu compte que le temps était un facteur important, étant donné que l'été tirait à sa fin. Nous avons immédiatement commencé à filmer avec un script inachevé. Mon ami Mike était le caméraman et essentiellement l'équipe de tournage (bien que, Set nous a aidés à l'occasion). Pour le premier mois, nous avons tourné seulement les scènes sans dialogue. La majorité avec seulement moi devant la caméra. Les choses se sont bien déroulées, en général. À plusieurs occasions, nous avons filmé en public sans que personne ne le remarque et nous sommes devenus bon à le faire. (Le tournage de style guérilla peut être amusant.) Chaque fois que nous avons filmé une scène, je me précipitais à la maison pour faire le montage. J'avais hâte de finir ce film dès le départ.

Lorsque nous avons finalement commencé à filmer les scènes de dialogue (sans perche, seulement avec le micro "shotgun" sur l'appareil), je me suis rendu compte que je ne convenais pas pour le rôle et que je ne pouvais me diriger. J'ai paniqué et je me sentais déprimée. Il a fallu quelques mois avant que ne je puisse changer la dépression en une sorte de détermination et de colère : « Si une ligne de dialogue a besoin de 100 prises alors que cela le soit. » Set Landerich, d'autre part, semblait à l'aise dans son rôle de Carol "le fou". À la fois brutale et sadique, sa performance était parfaite. Bien sûr, le rôle a été adapté pour lui, mais il a quelque chose en plus que seule une personne de cette nature pourrait donner. Pas mal pour un "non acteur"! Les autres interprètes, tous des "non acteurs", étaient aussi bons que je l'avais espéré. Les petits rôles ont été conçus pour eux et ils me donnaient essentiellement ce que je voulais : la réalité.

Enfin, il y avait Danielle Hubbard. D'abord une danseuse, elle a joué son premier rôle dans le film CQ2 en 2004. Après l'avoir visionné, je savais qu'il y avait une grande actrice se cachant sous ce rôle peu développé. Étant la seule semi-réelle actrice sur le plateau, elle a prouvé qu'elle était digne du titre d'actrice. La diriger était comme conduire une Ferrari ou baiser une pornstar : cela te donne de l'intensité.

Après s'être gelé les fesses tout l'hiver, le tournage et la post-production se sont terminés en juin 2008. Nous nous sommes rendu compte que nous avions besoin de retourner filmer quelques scènes suite à des problèmes avec le scénario et des problèmes d'interprétation. Alors, durant l'année suivante, j'ai sculpté avec obsession le film jusqu'à ce que je sois finalement content du résultat.

BUDGET

Le budget officiel était de 680 $ : deux billets de train, un jouet pistolet, des cassettes DV et de l'argent pour l'essence. Je voulais me prouver que je pouvais faire un film avec presque pas d'argent. Bien sûr, il ne ressemblera en rien à une production hollywoodienne, ce qui n'a jamais été mon intention. Un film indépendant est un film indépendant et le médium est là pour être adopté et utilisé à notre avantage.

MUSIQUE

La musique, bien que minimale et souvent improvisée, était très importante pour le film. Je voulais qu'Affinity Point ait une atmosphère onirique. Toutes les chansons ont été composés en regardant le film, de sorte que chaque note et chaque son complètent les scènes. La plupart des chansons ont pris moins d'une heure à composer, tandis que d'autres, comme Consanguinity, ont pris plus de temps. Pour la musique source, j'ai utilisé beaucoup de chansons de mon groupe, The Scroll, surtout parce que je ne voulais pas payer des redevances. Quoique, j'aie utilisé une chanson du groupe de Danielle, Blodewed, et une chanson d'un projet parallèle de Set, Endurge.

EN TERMINANT

Il est difficile de croire que Affinity Point est enfin terminé. Ce fut une expérience qui brise l'égo et probablement la chose la plus difficile que je n'ai jamais faite. Mais c'était aussi une grande expérience que je me rappellerai en souriant.

Affinity Point a été fait pour de Danielle Hubbard. J'ai utilisé ce film comme une sorte de lettre d'amour pour elle. Je ne parle pas d'amour dans le sens romantique, mais plutôt, comme une artiste. Je lui ai dit une fois, un peu en plaisantant, que si elle se faisait frapper par une voiture et qu'elle mourrait demain, au moins elle aurait ce film à utiliser comme un exemple pour démontrer comment elle était une bonne personne. Ce film a été fait pour elle et, d'une manière étrange, c'est elle. Ou plutôt, ma vision d'elle. Toute sa beauté, fragilité, sa puissance, son talent et sa gentillesse sont là sur l'écran.

Tout le monde qui a contribué à ce film m'a suivi aveuglément, comme de braves soldats, et m'a donné le bénéfice du doute. Souhaitons que cette bravoure paiera un jour. Pour ma part, c'est déjà le cas : j'ai fait le film que je voulais avec les amis que je voulais.

Lorsque votre château est encore à construire et vous vous rendez compte qu'il ne sera probablement jamais, il faut beaucoup de passion et de détermination pour ramasser les pierres et construire vous-même. Vous avez parfois à créer votre propre paradis de briller. Il pourrait ne pas être aussi grande que vous l'aviez espéré, certains pourraient dire que c'est immérité, mais au moins il existe et il est à vous. C'est le but.

Lorsque ton château est encore à construire et que tu te rends compte qu'il ne le sera probablement jamais, il faut beaucoup de passion et de détermination pour ramasser les pierres et le construire toi-même. Tu dois parfois créer ton propre paradis pour briller. Il ne sera peut-être pas aussi grandiose que tu l'espères, certains pourraient dire que c'est immérité, mais au moins il existe et il t'appartient. C'est sa raison d'être.

« Maintenant, où sont mes bas? »